Acacia tome 3 : L'alliance sacrée

Publié le par Arieste

 

 

 

Le livre : Acacia, livre troisième : L’alliance sacrée de David Anthony Durham, éditions le pré aux clercs, 704 pages, 24,50€.

 

Le pitch : L’Empire acacian est au bord du gouffre. La trahison des Numreks, les sauvages alliés d’hier, déclenche les hostilités au cœur du royaume, tandis qu’aux confins glacés de l’Empire les redoutables Auldeks sont en marche avec leur armée d’enfants esclaves. A l’intérieur, la révolte gronde chez les citoyens asservis. Les sorciers du Santhot, libérés de leur désert de pierre, veulent reconquérir l’arme absolue de la reine Corinn, le magique Chant d’Elenet.

 

Ce troisième et ultime tome de la saga conclue brillamment celle-ci et les raisons de mon enthousiasme sont nombreuses.

Commençons par le livre en tant qu’objet, la couverture est très belle, la reliure même collée est bien et la carte qui se détaille au fil des tomes est pas mal du tout.

Passons maintenant au contenu de ce livre. On constate d’abord une véritable évolution des personnages entre le premier et le troisième tome où ils passent d’enfants à adultes. Mais même au sein du troisième tome, qui se passe en quelques mois, les personnages principaux évoluent et gagnent en maturité. David Anthony Durham maîtrise à merveille la psychologie de ces personnages dont on suit les interrogations sur leurs vies, nous ramenant à nos préoccupations quotidiennes. Sont ainsi évoqués la trahison, la maternité, le couple…

J’avais déjà dit cela dans mon billet sur les deux premiers tomes, mais j’ai apprécié que tout au long de cette saga l’auteur n’ait pas créé un monde trop manichéen avec des personnages trop stéréotypés. Tous les personnages agissent dans leurs intérêts et ceux de leurs peuples, il est donc difficile de les diviser entre « méchants » et « gentils », les personnages ayant en plus tendance à changer de comportements au fil de l’intrigue.

La complexité des personnages s’applique également aux personnages féminins. Souvent dans la fantasy, les femmes ne jouent qu’un rôle secondaire dans l’histoire en tant qu’épouse ou sœur d’un personnage. Ici ce n’est pas le cas, nous avons affaire à des femmes intelligentes, aux caractères complexes. Les femmes assument dans ce roman des rôles traditionnellement attribués aux hommes dans les histoires de fantasy. Ainsi, Corinn est devenue la reine d’Acacia à la fin du premier tome, assumant seule la tâche de gouverner un immense pays, ce qu’elle fait avec une poigne de fer. Paradoxalement, c’est son frère Aliver qui remplit le rôle du conciliateur. Mena est une guerrière hors-pair, assumant quant à elle le commandement des armées acacianes, rôle qu’elle remplit à merveille. Dariel a lui son rôle à jouer dans les terres au-delà du Monde Connu. Les quatre frères et sœurs sont complémentaires et importants, tous ont leur rôle à jouer dans la résolution de l’intrigue.

Le style d’écriture de David Anthony Durham est clair, on ne se perd pas dans les données géographiques et entre les nombreux personnages, tout est simplement évoqué. Le fait que l’histoire soit découpée entre plusieurs courts chapitres d’une dizaine de pages chacun permet de mieux apprécier ce livre assez épais en permettant facilement de s’arrêter dans  sa lecture. Ces chapitres ont également un autre avantage puisqu’ils permettent de changer de point de vue, chaque chapitre présentant l’histoire vécue par un personnage,  et ce système permet au lecteur de connaître l’ensemble de l’intrigue et de l’immense espace géographique arpenté par les personnages, sans pour autant se perdre dans cet univers complexe. Cependant, cette simplicité dans les explications n’empêche pas une grande recherche dans les mots employés et les tournures de phrases utilisées.

L’intrigue et l’univers d’Acacia sont très originaux, impossible pour moi qui ai pourtant lu beaucoup de fantasy de trouver une histoire qui s’approcherait un tant soit peu de celle-ci. Seul le chant magique et créateur rappelle un peu d’autres contrées littéraires, mais ici l’idée est très bien exploitée jusqu’à devenir tout à fait originale. Le monde d’Acacia, divisé en deux péninsules séparées par les dangereux Flots gris et les contrées glacées, abritent une mosaïque de peuples très variés et aussi fascinants les uns que les autres. Evidemment, l’auteur ne s’attarde pas sur tous ces peuples, mais on sent que son univers est très construit et cohérent. L’intrigue va quant à elle de révélations en révélations, à un tel point qu’à la fin du tome 2, j’étais absolument incapable d’imaginer ce que pourrait être la fin de l’histoire.

Tout cela fait que cette saga restera gravée dans ma mémoire en tant que l’une de mes préférées et je vous la recommande car elle ravira les fans de fantasy, amateurs de grande qualité, et les débutants dans ce genre d’univers car il est très facile d’y rentrer.


Et s’il fallait mettre une note, ce serait : 5/5, rien à redire.

 

Mon billet sur les tomes 1 et 2 ici.

 

Je remercie beaucoup les Agents Littéraires de m'avoir proposé ce partenariat et de m'avoir permis de passer un très bon moment dans ce monde merveilleux.

 

logo-challenge-imaginairehttp://1.bp.blogspot.com/-x2Py-a_FDHw/TZBW4T0ZnQI/AAAAAAAACQg/xy06bE_uCX8/s320/Logogeneral1.jpg Ce livre me permet de participer aux challenges Les mondes imaginaires ainsi que Magie et sorcellerie littéraire !

 


Commenter cet article

Sharon 24/03/2012 00:27


Pas tentée - en ce moment, je suis plutôt Histoire et romans historiques.

Arieste 24/03/2012 10:31



Oui j'ai constaté ça hihi ;)



Syl 22/03/2012 20:28


Waouh ! C'est noté. Tu es très enthousiaste, ça fait plaisir !

Arieste 23/03/2012 18:05



enthousiaste c'est le mot !



Eiluned 22/03/2012 17:18


J'ai lu en diagonale puisque je compte les lire un jour et que je ne voulais pas trop me spoiler ! Mais la saga me tente et c'est noté depuis longtemps ^^ (rien que le titre déjà est tentant
alors ^^)

Arieste 22/03/2012 18:13



Oui je comprends je fais pareil avec les billets de saga :)



belledenuit 22/03/2012 10:49


Ouaip ! Faut que je découvre cette trilogie maintenant

Arieste 22/03/2012 11:23



Oh oui je te la recommande :)



Asphodèle 22/03/2012 09:10


Ca me fait penser un peu à "La fille de braises...." dans la mesure où là aussi les personnages principaux sont des femmes et où elles mûrissent très vite ! Et que les "mondes" imaginaires sont
des "mondes"...crédibles sur le plan géographique.Tu m'as donné l'envie mais vu le temps que tu as mis à lire les trois, je vais attendre un peu...

Arieste 22/03/2012 09:53



oui il faut du temps pour les lire mais ça vaut le coup de le prendre :)