Les plumes de l'année : où John fait des recherches...

Publié le par Arieste

                                           http://leslecturesdasphodele.files.wordpress.com/2011/10/machine-brouillons-1.jpg?w=100&h=150

 

Les affaires reprennent chez Asphodèle où l'on doit placer dans un texte les mots suivants : or, opale, orange, osmose, ode, obligation, offense, oh, ordinaire, orage, opportunité, ouvert, onirique, obsession, ombrelle, obéissance, oubli, octave, orgue, océan, orme, orchidée.

 

Voici donc mon texte où l'on retrouve John...

 

Le manuscrit dissimulé sous son manteau, John rentra chez lui, d'un pas qui se voulait tranquille même si son regard ne cessait de guetter aux alentours. Ce ne fut qu'une fois qu'il eut ouvert la porte de sa maison qu'il commença à se tranquilliser. Il alla dans son bureau-jardin où l'on trouvait aussi bien des ormes que des roses et des orchidées pour connaître le contenu du manuscrit.  L'orage éclata au moment précis où il ouvrit la liasse de documents. Cet orage était bien évidemment situé à l'extérieur du dôme, mais cela ne le rendait pas moins impressionnant avec ses reflets d'opale sur des nuages de couleurs d'or et d'orange. La pluie frappait avec violence le dôme et le bruit ressemblait à celui du Grand Océan. John n'avait vu ce dernier qu'une fois, lors de vacances à Océania, et il en gardait un très beau souvenir. Pour oublier un peu le bruit extérieur et pouvoir se plonger tranquillement dans ses recherches, il demanda à Octave, son robot ménager, de lui mettre de la musique et choisit un morceau d'orgue nommé "Oh, ode onirique", composé il y a fort longtemps par un dénommé Quercus. En osmose avec son environnement, il regarda plus attentivement ce qu'il avait sous la main. Celui-ci était constitué de différentes sortes de textes découpés et collés avec soin dans un album. Sur la première page, un article de presse attira son regard :

Départ de l'expédition des 10

Dix aventuriers partent vers le nord explorer un monde inconnu

En ce premier jour de l'automne est partie sous un ciel azur l'expédition des Dix, dirigée par le professeur Evonymus. Ce chimiste de renom, amateur d'harmonica et lauréat de nombreuses distinctions scientifiques a en effet décidé de chercher un lieu loin de la-Mort-qui-rôde. Il ne part pas seul mais en compagnie de son épouse herboriste Juniper et de cinq couples d'amis répondants aux noms de Quercus, Salica, Alnus, Ilex, Ulex, Hippophaë, Castanea et Cynodia. Compte-tenu de la dangerosité de cette expédition peu ordinaire et de l'improbable espoir de retour, il n'y a nulle obligation de participation et d'obéissance aux ordres, et jusqu'au moment du départ, tous avaient le droit de changer d'avis sans qu'aucune offense ne leur soit faite. C'est Ilex qui sera le chauffeur de l'expédition en conduisant un véhicule aux écrans protecteurs et fonctionnant à l'énergie solaire. Castanea, sera quand à elle chargée avec ses crayons de faire les relevés cartographiques de l'expédition. La grand artiste Salica, avec comme toujours son ombrelle à la main, a décidé de se joindre à l'expédition avec une grande philosophie, puisqu'elle a déclarée vouloir apporter les bienfaits de l'art contemporain aux mondes inconnus qu'ils découvriraient. Nous n'avons pas pu interroger individuellement les autres participants, trop occupés à leurs préparatifs, mais tous parlent d'une belle opportunité pour l'humanité, et partagent l'obsession d'Evonymus pour la recherche de cette terre libre de la Mort-qui-rôde. Espérons que cette belle idée ne sombrera pas dans l'oubli...

 

A la lecture de ce texte, John sauta de joie. Malgré les informations lacunaires qu'il possédait à présent, il était sûr d'être sur la bonne piste. D'ailleurs, avoir choisi en fond sonore une musique composée par l'un des membres de l'expédition n'était-il pas un signe du destin ?

Publié dans Ecrits Estiviens

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Soène 12/04/2012 19:26



Arieste 12/04/2012 19:28







Soène 12/04/2012 19:05


Mille pardons, tu sais que je vous mélange toujours Valentyne et toi ? Ne m'en veux pas, c'est l'âge !
Bon courage alors...

Arieste 12/04/2012 19:09



Si c'est l'âge qui te rend comme ça, je me demande bien ce que je pourrais trouver comme excuse ;) 



Soène 12/04/2012 18:52


Chouette alors  les z'animos ça me parle mieux !
Tu lis ? en vacances ?... des révisions ? le farniente au soleil ou sous la couette ?
Bisous d'O 


 

Arieste 12/04/2012 18:57



Je n'ai pas dit qu'il y aurait des animaux hihi.


Je rédige un article scientifique pour mon master. Bisous !!!! :D



Valentyne 10/04/2012 13:20

Toujours autant de trouvailles ;-) Tu prépare déjà les Q avec Quercus? Pour ma part, j'ai bien aimé le nom Hippophae (j'ai relu la légende de Pasiphae il n'y a pas longtemps ce doit être pour cela
, ou alors c'est parce qu'il y a hippo dedans ? va savoir ! bises Aymeline

Arieste 11/04/2012 22:50



Hippophae est le nom latin de l'argousier en fait ;) Bisous !!! 



claudialucia ma librairie 08/04/2012 21:07


J'avoue que je suis larguée parce que je ne dois pas avoir lu les épisodes avec John.  Donc il retrouve un manuscrit où l'on explique le voyage des créateurs des estiviens.Mais ça se passe
combien d'années avant Violette et Ecureuil?

Arieste 11/04/2012 22:52



C'est tout à fait possible que tu ais loupé quelques épisodes :D Cela se passe en même temps que nos estiviens