La poésie du week-end : Maurice Carême

Publié le par Arieste

Logo poésie

 

Puisqu'en ce beau dimanche de juin, nous fêtons les pères, voici un poème de Maurice Carême qui leur est dédié...

 

Bonne fête à tous les pères et en particulier au mien :)

 

J'écris le mot agneau

Et tout devient frisé :

La feuille du bouleau,

La lumière des prés.

 

J'écris le mot étang

Et mes lèvres se mouillent ;

J'entends une grenouille

Rire au milieu des champs.

 

J'écris le mot forêt

Et le vent devient branche.

Un écureuil se penche

Et me parle en secret.

 

Mais si j'écris papa,

Tout me devient caresse,

Et le monde me berce

En chantant dans ses bras.

Publié dans Poésie

Commenter cet article

Le blog de Léna 19/06/2011 12:01



De même, il me semble l'avoir appris à l'école :-) C'est un poème tout mignon



Arieste 19/06/2011 12:12



Je ne me rappelle pas l'avoir appris, mais c'est vrai qu'il est mignon :)



laure 19/06/2011 11:15



J'aime beaucoup!


Te concernant, je connais souvent les poèmes que tu mets mais ça fait toujours plaisir de les relire!



Arieste 19/06/2011 11:19



ça fait toujours plaisir de relire un bon poème :)



Asphodèle 19/06/2011 10:21



tu as bien de la chance d'avoir encore ton papa et de lui offrir ces vers superbes !! Moi ce sera avec mon tonton qui l'a un peu remplacé mais ce n'est pas pareil ! Bon dimanche !!^^



Arieste 19/06/2011 11:04



Il vient de les lire, il est content :). Bon dimanche avec ton tonton moi ça sera avec mes parents et mon grand-père :)



Luna 19/06/2011 09:52



Je crois bien que je l'avais apprise à cette occasion..


Merci d'être passée :)



Arieste 19/06/2011 11:04



Ton père a du être content que tu lui récite :)