Les montagnes hallucinées

Publié le par Arieste

                                         lu sur ma liseuse

 

Pourquoi ce livre ?

Parce que j'avais envie de lire une nouvelle de Lovecraft, qui est définitivement un de mes écrivains préférés, du coup je suis allée sur le site d'ebook gratuits et j'ai téléchargé ce livre. Avec Lovecraft, je ne lis même pas les résumés car je sais d'avance que je vais aimer ses histoires.

 

De quoi ça parle ?

Un homme, professeur de géologie, raconte son expédition en Antarctique afin de décourager les expéditions qui seront menées ultérieurement. Il raconte notamment la découverte de chaînes de montagnes bien plus hautes que l'Himalaya et de créatures congelées bien antérieures à l'apparition de l'homme...

 

Qu'est-ce que j'en pense ?

Je répète ce que j'ai dit plus haut : Lovecraft est un de mes écrivains préférés, un de ceux dont j'ai toujours envie d'avoir un livre dans ma PAL.

La structure des Montagnes Hallucinées est typique de celle des nouvelles de Lovecraft : un homme nous livre son témoignage d'un fait extraordinaire. Le récit est donc à la première personne, et nous suivons le récit de manière linéaire au fur et à mesure des découvertes que fait le narrateur, basculant lentement du réel vers le merveilleux horrifique. Cette manière subjective de raconter est l'une des clefs de la narration de Lovecraft, on a ainsi l'impression de lire un véritable témoignage qui s'adresse vraiment au lecteur. Le narrateur nous explique de manière didactique et progressive sa démarche et ses motivations à témoigner, anticipant même le fait qu'on ne va probablement pas le croire. 

Le récit des Montagnes Hallucinées est incroyablement bien documenté. La narrateur étant professeur de géologie, et l'expédition étant à but scientifique, Lovecraft s'est énormément documenté sur les avancées scientifiques de son époque. Le début du récit est donc rempli de détails géographiques et scientifiques très précis et absolument exacts qui font qu'inconsciemment, petit à petit, on ne peut s'empêcher d'adhérer au récit et à s'identifier au narrateur. En tant qu'étudiante en archéosciences, je n'ai évidemment pu qu'apprécier toutes ces références techniques qui sont aussi un bon témoignage de l'ampleur des connaissances scientifiques de l'époque. Le basculement vers l'horreur et le merveilleux se fait donc de manière très progressive et le talent de Lovecraft se sent dans cette manière subtile de repousser les limites de notre réalité. 

Ce qui est également agréable dans les nouvelles de Lovecraft, c'est qu'elles toutes indépendantes les unes des autres. Ainsi, on peut commencer par n'importe quelle histoire et on comprendra tout du premier coup. Pourtant, et c'est là que le talent de novelliste de Lovecraft se dévoile, presque toutes les histoires de Lovecraft sont liées entre elles et le celui qui a lu plusieurs histoires fait progressivement le lien dans son esprit entre tous ces récits. C'est un univers fascinant et complet sur lequel on a vraiment envie de se documenter, de relire toutes les histoires pour se remémorer les détails. 

Le récit fait peur, frissonner, sans être malsain ou pervers. Ici, comme souvent dans les récits de Lovecraft, c'est l'homme qui est responsable de son propre malheur en touchant à des lieux qui ne leurs sont pas destinés. Rien n'est montré, tout est évoqué.

Le récit n'est pas long (111 pages pour mon édition), et pourtant l'auteur ne survole pas son sujet, il prend le temps de tout nous décrire, du contexte et des buts de l'expédition, jusqu'aux incroyables découverte que fait le narrateur. Sans être ennuyeux, on peut ainsi se représenter parfaitement ce que décrit le narrateur.

 

En une phrase :

Je suis une groupie de Lovecraft, et je ne peux que vous encourager à votre tour à découvrir cet auteur ! Phrase bonus : je ne pourrais plus regarder l'Antarctique et les manchots de la même manière !

 

Un petit extrait pour terminer :

(j'avais la flemme de fouiner sur ma liseuse, du coup j'ai fouiné sur le web et j'ai trouvé sur Babelio deux citations qui me plaisent beaucoup)

"Quelque chose dans ce décor me rappela les étranges et troublantes peintures asiatiques de Nicholas Roerich, et les descriptions plus étranges encore et plus inquiétantes du légendaire plateau maléfique de Leng, qui apparaît dans le redoutable Necronomicon d'Abdul Alhazred, l'Arabe fou."

"Il est absolument indispensable, pour la paix et la sécurité de l'humanité, qu'on ne trouble pas certains recoins obscurs et morts, certaines profondeurs insondées de la Terre, de peur que les monstres endormis ne s'éveillent à une nouvelle vie."

 



Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

somaja.over-blog.com 05/06/2012 12:39


Je viens de retrouver un Lovecraft dans un grenier, je me le garde pour plus tard. J'en ai lu 1 ou 2 dans ma lointaine jeunesse mais je ne sais plus lesquels. Je sais seulement que j'avais bien
aimé. Tes billets me donnent envie de m'y replonger.

Arieste 05/06/2012 18:02



Je ne peux que te conseiller de t'y replonger :)



Walpurgis 14/05/2012 11:40


Une de mes nouvelles préférées de Lovecraft, je l'imagine très bien sur grand écran. On a peur alors que tout est suggéré puis la vision proposée de l'Antarticque c'est superbe bref j'adore !

Arieste 14/05/2012 13:48



C'est aussi une de mes préférées :D



Une Comète 08/05/2012 18:26


Je tenterais bien :) Merci pour ton passage chez moi et ce billet tentateur.

Arieste 08/05/2012 18:53



Chic, je suis ravie de te tenter :)



jeneen 08/05/2012 15:15


euh...excuse mais j'ai pas eu les bisous, môha !!! 

Arieste 08/05/2012 15:17



bisous !!!!!!!!!!!!!!!! :D



Asphodèle 08/05/2012 12:51


hé hé ça a du bon une liseuse !! Je ne connais pas encore Lovecraft (quoiqueu je me demande si je n'ai pas déjà lu et je ne me souviens plus), quand je serai à jour dans mes lectures en retard je
te demanderais par quoi commencer !! bise :)

Arieste 08/05/2012 15:04



pour les livres libres de droits c'est génial :) bisous