Les plumes de l'année : lettre K

Publié le par Arieste

                                           http://leslecturesdasphodele.files.wordpress.com/2011/10/machine-brouillons-1.jpg?w=200&h=300

 

Voici la suite du texte d'hier, avec les mots proposés chez Asphodèle : kyrielle, képi, kaolin, kaki, koala, kangourou, kilomètre, krill, kamikaze, kiwi, khôl, kimono.

 

http://mexicocrushers.com/nonmetal-ore-crusher/images/kaolin.jpgPour information, le kaolin est une argile dépourvue d'oxyde de fer, ce qui la rend blanche comme neige et permet de faire de la porcelaine. 

 

Les plages de la Côte Dorée s'étendaient sur des kilomètres. Elles étaient bordées par d'immenses falaises où les potiers des environs venaient récolter le blanc kaolin pour faire leurs porcelaines. La porcelaine de la Côte Dorée était d'ailleurs réputée dans toute l'Estivanie, car elle était à la fois très fine et peu fragile, ce qui la rendait aisément transportable pour un peuple ayant autant la bougeotte que les Estiviens. Les vents chauds venus du Sud donnaient un climat chauds à ces rivages. Les animaux ne s'y étaient d'ailleurs pas trompés et on pouvait voir partout des koalas, des kiwis et des kangourous. Les courants d'eau chaude réchauffaient également l'endroit et des bancs de krills faisaient le régal d'une kyrielle d'animaux marins. Le plus curieux d'entre eux était le kamikaze à képi. Cet animal kaki, ressemblant un peu à une baleine, avait au sommet de la tête une bosse semblable à s'y méprendre à un képi. Son comportement étrange lui avait valu la nom de kamikaze car cet animal s'attaquait parfois aux oiseaux et finissait dans son élan de gourmandise par s'échouer sur les plages. Le kamikaze à képi avait bien entendu beaucoup de mal à regagner la mer et devait ramper à l'aide de ses nageoires d'un air penaud.

Mais il était temps de traverser la mer, Violette avait mis du khôl pour protéger ses yeux du miroitement du soleil sur l'eau. Elle songeait déjà aux échanges qu'elle pourrait faire avec les tisserands et comptait troquer quelques onguents contre un magnifique kimono en soie...

Publié dans Ecrits Estiviens

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

jeneen 21/12/2011 21:51


j'adore ! Je le relirai demain avec Jen mais je sais déjà que le kamikaze à kepi qui va lui faire penser à un de ses dinosaures adorés à bosse sur la tête va l'enchanter ! on récupère toujours
tes textes pour se faire un petit "livre" pdf !!! c'est vraiment incroayble cette aisance et cette sensibilité que tu gardes au fil de l'histoire ! bravo !


et biz

Arieste 22/12/2011 16:34



Merci beaucoup !!!!!!!!!! Bisous les filles :D



Fred Milongeroz 19/12/2011 01:19


Nous entrons dans la saison qui recouvre d'une blanche argile nos paysages et nos maisons, une saison qui nous rend fragile comme la porcelaine. Prenons le temps de nous rapprocher de l'ours ou
de la marmotte, les fourmis peuvent se reposer un peu... n'est-ce pas la nature qui nous y invite aussi? Entendons la!


Bienvenue à bord du Sarmiento!

Arieste 19/12/2011 13:38



Merci beaucoup pour l'accueil :)



Eiluned 18/12/2011 15:00


Le kamikaze à képi... J'adooooore ! Tu as toujours ce sens aigü des associations farfelues ^^

Arieste 18/12/2011 21:19



Merci ! Il faut bien se débrouiller avec les mots ;)



celestine 18/12/2011 14:16


J'ai parlé de toi sur mon blog, je trouve ton texte empreint de poésie et très bien écrit. Bravo!

Arieste 18/12/2011 21:18



Merci !!!! :D



ceriat 18/12/2011 12:39


J'aime bien ce kamikaze à képi, un animal qui mérite d'être développé et qui promet. Tu t'en sort toujours avec grâce
et élégance dans les défis les plus complexes.

Arieste 18/12/2011 21:18



Merci beaucoup :D