Les plumes de l'été : lettre A

Publié le par Arieste

                                       http://leslecturesdasphodele.files.wordpress.com/2011/07/machine-brouillons2.jpg?w=200&h=300

 

Voici ma première participation à l'atelier d'été organisé par Asphodèle que je publie en retard après une journée passée dans le train (où j'ai écrit le texte). Mais promis la semaine prochaine je le programme en avance :D

 

Cette semaine il fallait placer les mots en A suivants : allergie, astre, affriolant, arbre, anagramme, accident, artifice, abricot, abandon.

 

Je vous ai déjà évoqué la forêt des arbres-gardiens, sachez cependant qu'elle n'est pas le seul endroit remarquable de l'Estivanie.

En effet, le sud du pays est occupé par la plaine des Astres où lorsque vient le long été, les Estiviens se rassemblent pour contempler ensemble les étoiles. Les Estiviens-astronomes sont là pour observer le ciel et expliquer aux contemplatifs les constellations à observer. Afin de voir le ciel de plus près, les Estiviens-astronomes montent dans l'Arbre-observatoire, un arbre immense qui possède un escalier aménagé afin de pouvoir accéder plus facilement au sommet. Cet arbre s'est adapté à sa fonction en développant des feuilles translucides qui servent de longue-vue aux astronomes. La plus célèbre des astronomes est Abricot qui a découvert par accident une constellation d'étoiles, baptisées respectivement Baricot, Tocriba, Cotbria et Briocat, des anagrammes de son nom.

C'est également dans cette plaine que sont organisés les feux d'artifices célébrant le solstice d'été. Rien de bien affriolant dans le déroulement de ce spectacle, juste les explosions des graines d'arbre-à-poudre, savamment mises en scènes par les Estiviens-artificiers.

Les Estiviens trouvent par ailleurs insensé de se servir de la poudre pour un autre usage que celui des feux d'artifice. Ils trouvent leur pays assez grand pour ne pas croiser les personnes qui leurs déplaisent. Et dans les rares cas où un acte violent serait perpétré (que se soit envers un autre Estivien, un animal ou un arbre), l'agresseur serait condamné à se retirer dans les hautes montagnes qui bordent l'Estivanie. Cela est considéré comme la punition ultime pour les Estiviens, qui font une allergie à la montagne, ne supportant l'idée de devoir s'abriter pour dormir. Ils s'abandonnent alors souvent au désespoir et lorsqu'ils sont autorisés à redescendre dans la plaine, la perspective de devoir retourner là-haut en cas de nouveau forfait leur ôte toute envie de recommencer.

 

Publié dans Ecrits Estiviens

Commenter cet article

Le blog de Léna 11/07/2011 11:02



Texte très agréable à lire :-)



Arieste 11/07/2011 14:02



Merci !!! Contente que ça te plaise :)



Luna 11/07/2011 10:57



J'adore :)



Arieste 11/07/2011 14:01



Merci !!!



Amélie 11/07/2011 10:54



Coucou !


Je découvre ton blog à l'instant (merci Asphodèle !), et je crois que je vais lire un peu plus de choses sur ces Estiviens qui m'intriguent, maintenant !



Arieste 11/07/2011 14:01



Bienvenue !!!!


Contente que mes petits Estiviens te plaisent :D



jeneen 11/07/2011 10:41



ah oui, Claude Ponti, c'est tout à fait ça ! Jen te décerne sa palme d'argent (ben oui, la ponette de Valentyne lui a plu, c'est ça les filles de 7 ans !) et attend la suite. On se retrouve sur
la lettre B ! (on a posté en retard notre texte à 4 mains pour le A mais c'est fait ! oups !)



Arieste 11/07/2011 13:34



Merci à vous deux :D Et même à 23 ans j'aime beaucoup la ponette Isabelle donc je comprends tout à fait, je suis très honorée de ma palme d'argent. Je viens de publier un bout de la suite
j'espère que ça vous plaira et on se retrouve pour la lettre B !



Gwenaelle 10/07/2011 19:13



J'adore! On se croirait dans un album de Claude Ponti! 



Arieste 11/07/2011 00:10



Merci ! Je ne connaissais pas Claude Ponti mais vu ce que je vois sur internet je suis flattée de la comparaison :D