Les plumes de l'été : lettre G

Publié le par Arieste

                                      http://leslecturesdasphodele.files.wordpress.com/2011/07/machine-brouillons6.jpg?w=200&h=300

 

Avec la lettre G je rattrape enfin mes confrères de l'atelier d'écriture d'été organisé par Asphodèle. Vu l'immense succès que remporte l'atelier je n'ai pas encore eu le temps d'aller lire tous vos écrits mais j'irais faire un tour promis !

 

Cette semaine il fallait placer les mots suivants : giraumon, gambader, garage, givre, gargouille, gambit, galop, gabarit, galipette, gallinacé, grille, gland, grotesque, gémir, gourmand, godillot, grave, grillon, galimatias, girofle, garamond. 

 

Fourmi leur raconta alors d'une voix grave et solennelle une histoire venue des temps lointains où les Estiviens n'avaient pas une chevelure aussi longue qu'actuellement. Cependant, leur envie de dormir dehors en écoutant les grillons était déjà très forte et ils se mirent à gémir lorsqu'un hiver exceptionnellement rigoureux mit du givre sur leur chevelure et les obligea à s'abriter dans des endroits semblables à des garages. Cette solution grotesque avait eu un impact sur la population estivienne, qui d'un naturel gourmand d'habitude, se mit à dépérir. Ils ne se laissaient plus aller à faire des galipettes sur l'herbe maintenant gelée et ne gambadaient plus dans la forêt des Arbres-Gardiens. Ils attendaient la fin de la mauvaise saison, guettant le soleil tel une gargouille attendant le visiteur de la cathédrale. C'est alors que les Estiviens-chimistes entreprirent des recherches pour trouver un abri à la fois isolant et transparent et l'Elixir du Firmament naquit ainsi. Une seule goutte sur une matière quelconque la rendait aussi transparente que le verre. Les Estiviens construisirent alors au galop de nouveaux abris et se sentirent dans de bien meilleures conditions pour attendre la fin de l'hiver, consommant leurs réserves de gallinacés et de galettes de farine de gland aromatisés aux clous de girofle. Tout le monde loua l'invention mais les chimistes n'en tirèrent aucune gloriole superflue, estimant qu'il était normal que leur travail profite à l'ensemble des Estiviens. Après avoir entendu le récit de Fourmi, les tisserands firent éclater leur joie et entreprirent aussitôt de réfléchir à l'élaboration du gabarit de tissu nécessaire au projet d'Ecureuil. Le tissu traité à l'élixir devenant ainsi irrémédiablement transparent, ils élaborèrent aussi un système de crochets non transparents servant à fixer sur une grille de bois l'abri de notre futur explorateur. Puis ils remercièrent et prirent congé de Fourmi après que celui-ci leur ait fourni une copie de la recette de l'élixir et sur le chemin, ils réfléchirent à la fabrication de godillots assez isolants pour résister à la neige et aux froides températures montagnardes. Loin d'être de simples galimatias pour faire passer le temps sur le trajet, le projet de chaussures n'eut qu'à être expliqué aux autres pour que celui-ci soit mis en route dès leur retour.

Ecureuil en entendant le compte-rendu de leur visite, ne se tint plus de joie, et après les avoir grandement remerciés, il se mit en quête du fakir-tigré...

 

Pour rejoindre le sud de l'Estivanie, il traversa tout d'abord la Mer Mielleuse dans une embarcation fort étrange. D'une apparence semblable à nos giraumons, cette variété de courge avait grandi et était devenu solide au point de pouvoir creuser une embarcation à l'intérieur. Un service de bateaux assurait ainsi régulièrement la traversée de la mer. Ecureuil avait ainsi embarqué sur La Mielleuse, un beau bateau rouge et or où les passagers étaient chargés de nourrir l'équipage en remontant régulièrement les filets remplis de gambit, un poisson noir et blanc particulièrement délicieux lorsqu'il est préparé au court-bouillon. On pêchait aussi le garamond, appelé ainsi du fait du motif figurant sur ses écailles qui rappelait des caractères d'écriture...

 


Publié dans Ecrits Estiviens

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Amélie 21/08/2011 22:04



Eh bien comme d'habitude, c'est inventif, drôle (j'aime beaucoup ta manière de placer Gambit et Garamond !!), un monde à part, mais qui m'a l'air très élaboré dans ta tête ! Et ça, ça m'épate...



Arieste 22/08/2011 09:45



Merci beaucoup ! Contente que ça ait l'air élaboré, car moi je n'ai pas trop l'impression que ça le soit :)



celestine 21/08/2011 12:02



J'ai lu toute la saga...Tu es douée. J'ai pensé un peu à l'univers de Claude Ponti...Me permets tu d'en étudier quelques extraits avec mes élèves?



Arieste 21/08/2011 15:00



Oh je suis très touchée, rien ne me ferait plus plaisir !!! Si tu mets mon nom à la suite des textes ça me va très bien, et j'aimerais  aussi savoir ce qu'en pense tes élèves. Si tu veux me
mailer pour des détails ou pour que je t'envoie le texte en entier n'hésite pas :D



Luna 21/08/2011 08:49



Contente de te revoir sur ton blog avec tous ces jolis textes :)


 


Comme tu aimes la lecture, je me permets donc de te prévenir qu'un livre est à gagner sur mon blog : un thriller : Le hameau des purs de Sonia Delzongle... Peut-être de quoi faire une jolie
découverte ? ;)



Arieste 21/08/2011 09:38



Merci pour l'information j'irais voir ça :D



Plume 20/08/2011 19:06



Ils viennent de quelle planète tes Estiviens ? De jolis prénoms aussi, Fourmi et Ecureuil, ça change un peu !
Cet après-midi, j'en ai vu un vrai d'écureuil qui avait mort de chaud...
A la semaine prochaine
Amitiés de Lyon


 



Arieste 20/08/2011 20:55



Ils viennent du monde des rêves ;)


J'ai du mal à donner des prénoms humains à mes personnages ils sont trop porteurs d'histoires à mon goût, c'est plus facile de leur donner des noms d'animaux et de fleurs :)


A la semaine prochaine (je vais passer chez toi du coup)


Amitiés du Sud-Ouest :D



Eiluned 20/08/2011 13:15



J'irais bien pêcher du Garamond avec eux ! J'adore en tout cas, c'est toujours ausi agréable à lire !



Arieste 20/08/2011 20:50



Je suis sûre que le Garamond doit être délicieux ;)


Merci à toi :D