Rendez-vous avec un mot : limite...

Publié le par Arieste

                             http://2.bp.blogspot.com/-vnMQjEs69-Y/TmPYYeDzUcI/AAAAAAAAAvw/i8oNrR_n7m0/s1600/Logo.jpg

 

Avec le mot limite proposé cette semaine par Eiluned, voyons un peu les limites du monde des Estiviens...

 

Les textes des autres participants ici.

 

Le lendemain, tous se levèrent frais et dispos, prêts à faire les observations dont Ecureuil aurait besoin pour franchir les montagnes. Pour la première fois dans l'histoire de l'Estivanie, un Estivien allait chercher un passage vers les mondes extérieurs. Une fois que le soleil eut quitté la cîme des montagnes, Abricot braqua sa lunette vers celles-ci et observa attentivement les confins du pays. Ses observations durèrent de longues heures et pour ne pas la déranger, Violette et Ecureuil se distrayaient en contemplant la magnifique vue que l'on avait du haut de l'arbre. Ecureuil contemplait tout particulièrement le sud lointain où l'on voyait une immense masse jaune et verte, correspondant à l'habitat du fakir-figré. Soudain, Abricot leur dit qu'elle avait trouvé un itinéraire et permit à Ecureuil et Violette de regarder à leur tour dans la lunette astronomique. 

Oui, là-bas dans le sud-ouest, là où se rejoignent les Monts Susceptibles du Sud et les Monts Pénibles de l'Ouest, et où la Douce prend sa source, on pouvait voir très distinctement un passage vers les mondes extérieurs ! 

Ecureuil ne se tint plus de joie et remercia Abricot. Cette dernière reporta alors ses observations sur une carte du pays et Hibou se chargea ensuite de trouver un itinéraire pour qu'Ecureuil puisse accéder le plus aisément possible à ce col.

La première partie du voyage serait facile et consisterait à remonter le cours de la Douce jusqu'à qu'elle ne soit plus navigable. A partir de là, il faudrait commencer à gravir les Monts Pénibles en traversant une forêt d'immenses conifères , puis l'escalade débuterait véritablement avec l'arrivée des neiges éternelles. Pour commencer l'ascension au début de l'été, il lui faudrait donc partir une lune après l'équinoxe du printemps une fois que la Douce aurait calmé ses crues printanières. Et puisqu'on en était déjà à la moitié de l'été, Ecureuil devait se hâter de terminer tous ses préparatifs avant le printemps prochain. C'est donc d'un pas résolu que lui et Violette regagnèrent la terre ferme alors que la nuit tombait sur la plaine des Astres...

Publié dans Ecrits Estiviens

Commenter cet article

Valentyne 27/09/2011 22:56


Un pays où la rivière la Douce a des crues printanière, où on trouve des neiges éternelles , cela me donne envie de faire son baluchon pour y aller :-) un seul problème mon GPS ne connait pas
l'estivanie pourrais tu m envoyer unitinéraire stp?


Arieste 27/09/2011 23:36



Pour le moment on y aller seulement en rêve... :)



Jean-Charles 27/09/2011 21:01



C'est vrai que tu as des trouvailles intéressantes et une imagination débordante. 



Arieste 27/09/2011 22:24



Merci beaucoup :)



Asphodèle 26/09/2011 19:33



Ah ha ! J'adore tes monts Susceptibles et Pénibles : ils n'aiment vraiment pas les montagnes ! J'aime aussi la vie que tu donnes aux arbres...



Arieste 26/09/2011 19:40



Merci beaucoup, non ils n'aiment pas les montagnes sans doute parce que leur créatrice a eu le mal de l'altitude un jour...



covix 26/09/2011 18:04



Bonsoir,


Sur qu'un tel voyage ne ce prépare pas à la légère...Bravo.. j'aime bien.


Bonne soirée


@mitié



Arieste 26/09/2011 18:26



Merci beaucoup, oui il faut bien quelques préparatifs :) Bonne soirée



Eiluned 26/09/2011 13:40



Les monts susceptibles et les monts pénibles... J'adore. Tu as vraiment le génie du détail et l'art de transformer l'existant en poétique trouvaille.



Arieste 26/09/2011 18:03



Merci beaucoup :)