Semaine poétique : acte 5

Publié le par Arieste

                                       Logo poésie

 

En ce vendredi, remontons un peu plus dans le temps avec Vincent Voiture, poète du XVIIe siècle :

 

Dedans ces prés herbus et spacieux,

Où mille fleurs semblent sourire aux cieux,

Je viens blessé d'une atteinte mortelle,

Pour soulager le mal qui me martelle,

Et divertir mon esprit par mes yeux.

 

Mais contre moi mon coeur séditieux

Me donne plus de pensers soucieux

Que l'on ne voit de brins d'herbe nouvelle

Dedans ces prés.

 

De ces tapis le pourpre précieux,

De ces ruisseaux le bruit délicieux,

De ces vallons la grâce naturelle,

Blesse mes sens, me gêne et me bourelle,

Ne voyant pas ce que j'aime le mieux

Dedans ces prés.

 

Note : bourelle veut dire tourmente.

 

                               http://randoslondres.files.wordpress.com/2010/03/18-02-pre-pres-de-ninnings-farm.jpg 

 

Joli n'est-ce pas ?

Publié dans Poésie

Commenter cet article

Luna 14/05/2011 08:44



Je ne connaissais pas ce sens de bourelle :)


Merci d'être passée.



Arieste 14/05/2011 13:04



Je ne connaissais pas le mot bourelle tout court, personnellement :)



claudialucia 13/05/2011 21:32



Mais oui, joli! Voiture c'est le poète précieux dont se moquati Molière, Non?



Arieste 13/05/2011 22:13



Maintenant que tu le dis, je me demande aussi :)


Il faut dire que le côté précieux ne saute pas vraiment aux yeux dans ce poème



Asphodèle 13/05/2011 10:48



Je le trouve très joli et imagé. On s'aperçoit que les battements du coeur et les tourments n'ont guére changé depuis le 17ème siècle...Ils ne s'expriment plus ainsi mais le fond reste le même !!
;)



Arieste 13/05/2011 13:13



Absolument ! Bourelle est un joli mot quand même, dommage que l'usage s'en soit perdu



Luna 13/05/2011 09:23



je dirais même très joli !


Merci d'être passée :)



Arieste 13/05/2011 13:17



Merci à toi hihi