Tag Renaissance

Publié le par Arieste

Il y a quelques temps Syl m'a tagguée en me demandant quelle femme de la Renaissance je voudrais être. Après pas mal de réflexion, j'ai choisi Louise Labé qui vécut à Lyon entre 1524 et 1566.


 

                                         http://profshistoirelcl.canalblog.com/images/LouiseLabe1.jpg

 

D'après mon manuel de littérature du lycée : " Fille d'un riche fabricant de cordes, Louise Labé apprend la broderie, la musique, l'italien, le latin, l'équitation, l'escrime. Surnommée "la belle cordière", car son mari est artisan cordier, cette femme élégante et cultivée ose écrire et publier ses oeuvres qui paraissent en 1555, chez un célèbre éditeur de Lyon. Les femmes, confie-t-elle, qui ont la chance d'être instruites doivent chercher la gloire par leurs écrits et non par leurs "chaînes, anneaux et somptueux habits". Cette publication a un grand retentissement dans les milieux cultivés de Lyon. Souvent décriée, parfois brutalement calomniée par ceux qui voient dans ses poèmes le reflet d'une réalité vécue, Louise Labé est admirée par de nombreux poètes qui lui rendent hommage à la fin de son livre. Après le décès de son mari et celui du poète Olivier de Magny, pour qui elle avait éprouvé une grande passion, elle se retire. La belle cordière n'a pas cinquante ans quand elle meurt, veuve et sans enfants, dans la ville où elle était née."

 

J'admire son côté féministe et son indépendance, à une époque où cela n'était pas chose courante.

 

Dans ses poèmes, elle parle d'amour comme vous allez le voir ci-dessous :

 

Ô beaux yeux bruns, ô regards détournés,

Ô chauds soupirs, ô larmes épandues,

Ô noires nuits vainement attendues,

Ô jours luisants vainement retournés,

 

Ô tristes pleins, ô désirs obstinés,

Ô temps perdu, ô peines dépendues,

Ô mille morts en mille rets tendues,

Ô pire maux contre moi destinés,

 

Ô ris, ô front, cheveux, bras, mains et doigts,

Ô luth plaintif, viole, archet et voix :

Tant de flambeaux pour ardre une femelle !

 

De toi me plains, que tant de feux portant,

En tant d'endroits d'iceux mon coeur tâtant,

N'en est sur toi volé quelque étincelle.

 

Quelques mots de vocabulaire :

pleins : plaintes, gémissements

dépendues : dépensées

rets : pièges

ardre : brûler

d'iceux : de ses feux

tâtant : brûlant mon coeur en tant d'endroits

 

Je tague à mon tour Léna, Luna, La grotte des livres et Laure pour voir quels femmes elles choisiront à leur tour.

Publié dans Blabla

Commenter cet article

la grotte des livres 26/01/2012 16:24


Voilà, c'est fait ! 


http://lagrottedeslivres.over-blog.com/article-tag-de-la-renaissance-97947470.html

Arieste 26/01/2012 17:54



Merci je viens voir ça :D



la grotte des livres 23/01/2012 20:29


C'est dingue, je viens juste de voir que j'avais été taguée! Bon vais réflechir à ce petit sujet, sachant que Louisette (oui, on est intime!) m'aurait bien convenu !

Arieste 23/01/2012 21:04



Oh la la mais oui c'est vrai ! Mieux vaut tard que jamais ;) Si tu veux parler de Louisette rien ne t'en empêche :D



claudialucia ma librairie 30/08/2011 12:06



Quel beau choix!



Arieste 30/08/2011 14:46



Merci :)



Asphodèle 29/08/2011 09:31



LiliGalipette (qui m'avait taguée) a aussi choisi cette formidable Louise. Le poème que tu as choisi, quand on passe la barrière du langage est vraiment (et toujours) d'actualité. Pour avoir
étudié François Villon dans le texte, plus quelques nnées de latin-grec, je comprends aisément mais j'avoue que c'est rébarbatif au début... ;) Il faut d'ailleurs que je remette certaines photos
disparues de mon billet sur Gabrielle d'Estrées, par ma faute !) car Euterpe qui est l'initiatrice de ce tag reprend nos billets sur son blog (je ne sais pas si elle continue...) A voir, je ne
l'ai pas dans ma blog-roll mais son lien est toujours sur mon billet...



Arieste 29/08/2011 12:09



C'est vrai que l'ancien français n'est pas évident à comprendre, il faut s'y habituer^^


J'ai vu que t'avais eu des soucis avec tes images, la technologie n'est pas si simple. On verra bien si Euterpe passe chez moi :)



agnes 28/08/2011 22:08



encore heureux que tu ne voulais pas être l'abbé louise héhé



Arieste 28/08/2011 22:32



Non ça aurait été embêtant ;)