Rendez-vous avec un mot : rivière et désirs d'histoires

Publié le par Arieste

     http://2.bp.blogspot.com/-vnMQjEs69-Y/TmPYYeDzUcI/AAAAAAAAAvw/i8oNrR_n7m0/s1600/Logo.jpghttp://desirdhistoires.files.wordpress.com/2011/04/plumedesmotsunehistoire5.jpg?w=150&h=138

 

Tout d'abord, je voulais expliquer la cause du fait que je n'ai pas participé vendredi au jeu d'Olivia, car cela n'est absolument pas du à un manque d'inspiration mais juste au fait que j'ai du mal à m'aménager du temps pour écrire. Je n'écris pas depuis très longtemps, mes premiers écrits datent du mois de mai, alors avec la reprise des cours j'ai du mal à intégrer tout ça dans mon emploi du temps. Me poser pour écrire n'est pas encore pour moi un acte qui m'est devenu habituel comme cela peut l'être je suppose pour des gens qui pratiquent l'écriture depuis longtemps. Mais ne vous inquiétez pas, l'histoire des Estiviens continue je me suis trop attachée à ces petits pour les laisser tomber, et je m'amuse beaucoup en écrivant. Mais bon je me suis dit qu'il était mieux que vous sachiez pourquoi les Estiviens sont moins présents sur le blog. Du coup, cette semaine je combine les deux ateliers pour pouvoir vous proposer quand même un texte. 

 

Bref, passons aux choses sérieuses avec le mot "rivière" proposé par Eiluned, et les mots choisis par les lecteurs du blog d'Olivia : tryptique, cheminée, biscuit, circonvolution, abbatiale, porte, masque, destinataire, hybride, douce, guignolet, lécher, désemparé, suriner, châtaigne, vache, platane, dérapage. Le tout regroupé dans un petit texte qui continue le voyage d'Ecureuil et d'Hérisson à la recherche du mystérieux fakir-tigré...

 

Quittant la plaine des Astres en direction du sud de l'Estivanie, Ecureuil et Hérisson marchèrent de longues journées dans les grandes plaines agricoles qui continuaient celle des Astres. Ces riches plaines combinaient différentes fonctions, qui allaient de l'élevage extensif de vaches à la récolte de châtaignes. Afin de permettre aux voyageurs de les traverser en toute quiétude, des haies de platanes gardaient les marcheurs à l'ombre et une douce brise les raffraîchissaient. Les platanes étaient plantés depuis si longtemps qu'ils culminaient désormais à une hauteur vertigineuse et leurs frondaisons n'avaient rien à envier en démesure aux voûtes des plus grandes églises abbatiales. 

Nos deux aventuriers firent rapidement la route, ne s'arrêtant que pour cueillir de la nourriture afin de compléter leurs provisions de biscuits secs. Ils mangaient par exemple des guignes-au-lait, hybrides de cerises fourrées au yaourt. Ces fruits étaient si délicieux qu'ils s'en léchaient les doigts après chaque collation. 

C'est ainsi qu'ils arrivèrent sur les rives de la rivière Douce, considéré comme beaucoup d'Estiviens comme la porte d'un monde inconnu. En effet, le sud du pays était considéré comme bien trop chaud pour être habitable. Ecureuil, qui jusque-là avait peu voyagé se sentit rapidement désemparé par l'immensité du paysage. Les circonvolutions de la Douce se perdaient en effet entre les Monts Susceptibles du Sud et les Monts Pénibles de l'Ouest, formant un tryptique à la fois beau et menaçant. Mais Hérisson connaissait bien le pays et savait où il pouvait trouver quelqu'un pour traverser la rivière. Son ami Charançon était bateleur dans cet endroit depuis des lustres, sans que les années qui passaient ne masquent son entrain et son amour pour le métier. Hérisson avait toute confiance en son ami et savait que sa barque ne risquait nul dérapage sur une rivière qui malgré son nom, restait un brin capricieuse. Ecureuil était plus craintif malgré ses envies d'explorations, mais il savait qu'Hérisson avait une confiance totale en Charançon, ce qui est essentiel pour tenter une telle traversée. Les trois Estiviens mirent une matinée entière à traverser la Douce, car elle était très large, même si elle était loin d'atteindre la taille impressionnante qu'elle avait lorsqu'elle se jetait dans la Mer Mielleuse. Mais cette traversée se passa sans encombres et le bateau rejoignit bientôt l'embarcadère destinataire. La flore qui se trouvait sur l'autre rive était radicalement différente de celle qu'avait quitté Ecureuil et Hérisson. Des plantes creuses formaient d'immenses cheminées, "des plantes carnivores" informa Hérisson, et suite à cette remarque, Ecureuil n'était pas rassuré, ayant peur qu'une plante ou une créature inconnue ne vienne le suriner dans le dos. 

Mais ils avancèrent tant bien que mal dans ce qui ressemblait de plus en plus à une jungle et arrivèrent bientôt à la plaine de cactus où se cachait le fakir-tigré...

Publié dans Ecrits Estiviens

Commenter cet article

Jeneen 19/10/2011 22:08



C'est incroyable, ces statues-menhirs ! evidemment que j'ai plein de questions, je te les poserai par mail ! Beau sujet que tu avais choisis là !



Arieste 19/10/2011 23:23



Avec grand plaisir ! Cette année je m'intéresse aux mégalithes bretons ça risque d'être tout aussi passionnant :D



jeneen 19/10/2011 10:32



(euh, c'est quoi les stautes-menhirs alpines ? ) bon, ben moi j'ai déjà le guignolet, il me reste plus que les guignes-au-lait pour déguster avec ! tu m'épates toujours, surtout que sur la
longueur, ce n'est pas évident. tu as du garder ton âme d'enfant, veinarde...Biz



Arieste 19/10/2011 18:17



J'ai encore une dent de lait ça doit être pour ça que mon âme d'enfant est toujours là ;)


Je t'ai trouvé des photos de statues-menhirs alpines à ce lien : http://kermailune.wordpress.com/2009/05/16/menhirs-graves/


si tu as des questions pose les moi je suis intarissable sur le sujet :) Bisous !



Pat 17/10/2011 23:55



C'est avec plaisir que je te ferai visiter les sites mégalithiques de la région si tu viens dans le coin. En plus on a le Laténium, un musée d'archéo très connu en Europe.


Par contre tu risques d'être très déçue de la Tène, il n'y a plus rien à voir à part un resto, une plage et un camping. C'est très joli mais il ne reste rien du site historique, de plus le niveau
du lac a changé avec la correction des eaux du Jura.


Tu habites où?



Arieste 18/10/2011 00:01



Je suis habituée à ne pas voir grand chose des sites, c'est le problème quand on étudie des périodes aussi anciennes, mais si le lac est là c'est déjà ça. Mais le Laténium me tenterait beaucoup !
J'habite à Rennes donc loin de la Suisse mais c'est vraiment un pays que j'aimerais beaucoup visiter :)



Pat 17/10/2011 23:13



Merci de ton comm sur mon article. Je suis contente que ça intéresse même une future archéologue. J'ai aussi écrit un  article sur les lacustres (j'habite à côté de la Tène), site qui a
baptisé la période du même nom) il y a quelques mois, tu le trouveras dans la catégorie,"Lecture", c'est le premier de la série, donc tout en bas de cette catégorie (pas encore très longue en
fait).


Dans la catégorie patrimoine, il y a la photo d'un autre dolmen de la région.


J'adore les mégalithes et je rêve de voir Stonehenge



Arieste 17/10/2011 23:29



Avec plaisir, je n'aurais pas pu m'empêcher de commenter un article avec des menhirs ! J'aimerais beaucoup visiter la Tène et la Suisse, il y a un patrimoine très intéressant là-bas. L'an dernier
j'ai parlé des statues-menhirs alpines dans mon mémoire et j'avais beaucoup apprécié de les étudier elles sont très intéressantes :)



32 Octobre 17/10/2011 22:33



pas grave pour nous d'avoir attendu... le texte est toujours aussi plein d'imagination



Arieste 17/10/2011 22:56



Merci beaucoup !!!