La Rose Bleue

Publié le par Arieste

                              http://farm5.static.flickr.com/4075/5438699503_f3b06230f1.jpg

 

Pour relever le challenge amoureux, Irrégulière nous as demandé de lire un beau conte. Je suis tombée sur le conte chinois que voici tiré de l'ouvrage Histoires merveilleuses des cinq continents racontées aux enfants par Ré et Philippe Soupault (à lire avec une tasse de thé chinois bien entendu) :

 

Sentant sa fin prochaine un empereur de Chine souhaitait marier sa fille avant de mourir. Celle-ci n'était pas seulement la plus élégante et la plus cultivée de toutes les jeunes filles de l'Empire, mais elle était aussi de loin la plus belle. Ses yeux couleur de nuit, possédaient un éclat incomparable, ses pieds étaient d'une finesse dont on ne connaissait pas d'autre exemple, et son rire faisait penser à la musique des cloches d'argent. Mais, qui plus est, elle était savante, et personne ne savait réciter et chanter les poèmes aussi bien qu'elle. Tous les habitants de l'Empire étaient d'accord pour déclarer qu'elle possédait toutes les vertus qu'une jeune fille peut avoir. On lui faisait cependant un reproche, un seul : elles refusait de se marier. Toutefois, comme son père la priait et la suppliait, elle déclara qu'elle consentirait à prendre pour époux celui qui lui apporterait une rose, mais une rose comme on n'en avait jamais cueilli en Chine, une rose bleue. 

Dès que les prétendants à la main de la jeune fille, qui appartenaient tous aux meilleures familles du pays, apprirent que la princesse acceptait de se marier en posant une condition singulière, ils se précipitèrent pour découvrir la rose bleue.

Certains de ces prétendants, qui n'avaient ni la persévérance ni les possibilités de poursuivre leurs recherches, abandonnèrent bientôt leurs espoirs. Cependant, trois prétendants s'obstinèrent pour se disputer la main de la princesse.

Le premier était un des plus grands marchands du pays. Il était immensément riche, presque aussi riche que l'empereur lui-même. Il fit rechercher chez les fleuristes du monde entier une rose bleue. Mais personne n'en avait jamais entendu parler. Désespéré, le marchand se rendit chez le fleuriste le plus célèbre de la capitale et lui dit :

 - Si tu trouves la rose bleue, je te ferai riche et puissant, car je deviendrai alors le gendre de l'empereur. Sinon, je te tuerai.

- Accorde-moi trois jours, dit l'homme tremblant de peur. Je trouverai certainement la rose bleue.

Le fleuriste savait fort bien qu'il n'existait pas de rose bleue. Il alla demander conseil à sa femme, qui était connue pour sa finesse et pour son intelligence. Elle lui conseilla de faire préparer un liquide bleu par un alchimiste et d'y faire tremper une rose blanche. C'est ce que fit le fleuriste. Et quand le marchand vint réclamer la rose bleue, il la lui présenta.

Le marchand, sans perdre un instant, courut au palais de l'empereur. Celui-ci, en voyant la rose bleue, fut enchanté. 

Il alla aussitôt la porter à sa fille.

- Ton souhait est exaucé, dit-il. Il ne reste plus qu'à faire préparer la cérémonie des noces, car ce digne jeune homme a trouvé la rose bleue que tu exigeais.

La princesse pâlit et, regardant la rose, elle dit :

- Comment, mon père, avez-vous pu vous laisser tromper aussi grossièrement ? Ce n'est pas une vraie rose bleue. Si un papillon ou un de mes petits oiseaux se posait sur ces pétales, il tomberait mort, empoisonné.

Et elle jeta la rose avec un geste de dégoût.

Le deuxième prétendant était un capitaine célèbre. Accompagné de cent cavaliers, il se rendit au pays des cinq fleuves, parce qu'on lui avait dit que c'était le pays des saphirs et des diamants. Il demanda au plus grand orfèvre de la capitale une rose bleue taillée dans un saphir. Quand le bijou fut achevé, tous les habitants admirèrent cette oeuvre d'art et déclarèrent qu'ils n'avaient jamais vu un bijou aussi admirable.

L'empereur, quand le capitaine lui présenta cette rose, fut très satisfait, car il était persuadé que sa fille serait, elle aussi, satisfaite. Il alla aussitôt apporter le bijou à sa fille.

- Ton souhait est exaucé, lui dit-il. Il ne reste plus qu'à faire préparer la cérémonie des noces.

La princesse posa ses yeux couleur de nuit sur la rose bleue qui brillait doucement comme l'eau de la mer qui reflète le ciel, puis elle dit :

- Mon père, ne voyez-vous pas que ce n'est pas une rose, mais un saphir taillé en forme de rose ? J'ai beaucoup de bijoux plus beaux que celui-ci.

Le troisième prétendant était le fils du Premier ministre de l'empereur, un jeune homme dont on vantait l'éducation raffinée et l'excellence de son goût. Il convoqua les plus grands artistes de l'empereur et leur dit : 

- Je veux une coupe de porcelaine qui soit plus fine que toutes les porcelaines que vous ayez jamais vues. Et, sur le fond, peignez la plus belle des roses bleues, plus belle que toutes les roses que vous ayez jamais vues.

Pendant trois mois, tous les artistes du pays travaillèrent. Et ils créèrent l'oeuvre d'art la plus exquise qu'on ait jamais vue.

L'empereur, en voyant la coupe, fut très satisfait et alla l'offrir à sa fille.

- Ton souhait est exaucé, dit-il. Il n'y a plus qu'à faire préparer la cérémonie des noces.

La princesse prit la coupe entre ses mains aux doigts fins et élancés. Puis elle soupira.

- Cette coupe, en effet, est exquise. Je la garderai, car elle digne de servir comme vase pour la rose bleue. Ainsi, le troisième et dernier prétendant fut à son tour refusé.

L'empereur fut au comble de la tristesse.

Un beau soir d'été, la princesse, devant sa fenêtre, admirait le coucher du soleil, quand elle entendit quelqu'un chanter.

Le chanteur était un poète qui, par hasard, passait devant le palais de l'empereur. Dès qu'il se tut, il vit la silhouette d'une jeune fille sortir de la porte du jardin. Elle lui tendit sa main fine et douce et le jeune homme la prit et l'embrassa.

- Je désire t'épouser, dit le poète à la jeune fille.

- Hélas ! répondit-elle, je suis la fille de l'empereur, et celui qui veut m'épouser doit apporter une rose bleue. Jusqu'à présent personne n'a réussi.

- Je la trouverai, dit le poète. Il y a partout des roses bleues.

Dès que l'aube parut, il cueillit une rose blanche qu'il trouva au bord de la route et il l'apporta à l'empereur. Celui-ci la présenta à sa fille avec un sourire :

- Voici, ma fille, ce qu'un jeune poète prétend être la rose bleue !

La princesse prit la rose et dit sans hésitation :

- En effet, mon père, voici la rose bleue ! Elle est belle comme la vie elle-même.

L'empereur mit longtemps à revenir de son étonnement.

Et, à la cour, on entendit des protestations :

- Mais cette rose n'est pas bleue... disait-on.

La princesse, par contre, déclara que toute la cour avait de mauvais yeux et affirma :

- Cette rose est bleue, c'est moi qui vous le dis ! Regardez-bien, et vous verrez que la rose est d'un bleu merveilleux !

Alors toute la cour se tut. La princesse épousa le poète, et ils furent très heureux. Les chants et les rires, la poésie et la musique remplissaient désormais le palais impérial, et ce fut une joie sans fin.

 

J'aime beaucoup la fin originale de ce conte et le message qu'il véhicule.

 

Et vous qu'en pensez-vous ?


 

 


Publié dans Vers l'Orient...

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Jeneen 30/08/2011 17:22



bonjour, j'aime beaucoup ce conte, il est très joli et la princesse est très maline. Jen



Arieste 30/08/2011 17:55



Tu as bien raison la princesse est très maline :)



Luna 30/08/2011 14:08



C'est vrai que ce conte est très sympathique :)



Arieste 30/08/2011 14:51



Oui :)



Eiluned 30/08/2011 13:56



Très joli message pour une très belle histoire. Merci du partage !



Arieste 30/08/2011 14:50



Avec plaisir ! J'en mettrai peut-être d'autres à l'occasion :)



L'Irrégulière 30/08/2011 12:58



ça semble une bien jolie histoire !



Arieste 30/08/2011 14:49



Oui je trouve aussi :)



claudialucia ma librairie 30/08/2011 11:59



Ps : et bien sûr, c'est le poète qui gagne!



Arieste 30/08/2011 14:40



Bien sûr elle a déjà tout, elle ne lui manque qu'un peu de poésie dans sa vie :)